L'influence du milieu sur la reproduction sexuée

PLAN DE LA PAGE

 

I - Influence des conditions du milieu sur la reproduction sexuée

Exemple de l'effet des ressources alimentaires sur la reproduction sexuée:Lien

 

II - Influence des relations entres espèces sur la reproduction sexuée

Influence de la prédation sur la reproduction sexuée:Lien

 

III - Influence de l'Homme sur la reproduction:

Exemple n°1:

Dans le milieu aquatique comme dans le milieu aérien, les espèces se reproduisent et assurent leur descendance et maintiennent leur population au cours des générations successives.


I - Influence des conditions du milieu sur la reproduction sexuée

 

Le milieu constitue l'habitat de tous les êtres-vivants. Dans ce milieu de vie, les espèces trouvent leur nourriture nécessaire à leur nutrition, le dioxygène nécessaire à leur respiration et côtoient d'autres individus, de la même espèce qu'eux ou d'espèce différentes. Des interaction intraspécifiques (entre individus de la même espèce) et interspécifiques (entre individus d'espèces différentes) auront lieu. Ces différentes considérations peuvent avoir des effets sur la reproduction sexuée. Nous allons voir lesquels au niveau des points suivants:

- ressources alimentaires: c'est dans le milieu de vie que les organismes trouvent leur nourriture. mais cette ressource n'est pas toujours disponible et peut varier suivant différents paramètres

- conflits entre individus et prédation: il existe des relations entre individus de la même espèce qui peuvent entraîner des conflits (ex: combats entre cerfs pour l'accès aux femelles, sélection sexuelle...) ou les relations entre espèces différentes (comme les relations entre proies et prédateurs) qui peuvent entraîner la mort ou des blessures modifiant la reproduction (ou l'empêchant en cas de mort)

 

 



Exemple de l'effet des ressources alimentaires sur la reproduction sexuée:

 

La base de toute vie c'est l'alimentation (avec la respiration). Si un individu ne peut pas se nourrir il ne reste pas en vie très longtemps, il n'est alors pas possible pour lui de se reproduire. 

 

Donc l'accès à la ressource alimentaire est primordiale pour les espèces. Nous allons voir un exemple:

 

Les mésanges bleues (comme les charbonnières et les mésanges huppées) sont très courantes dans les campagnes.

Sur la dizaine d’œufs pondus, certains petits n'atteindront pas l'âge adulte. Surtout en période de mauvais temps. 

Étudions les graphiques ci-dessous pour comprendre cette situation.

Le 1er graphique détaille le nombre de jeunes feuilles sur les tiges (en ordonnée) en fonction du temps (en abscisses: on travaille sur 4 mois de Mars à Juin). On observe une augmentation rapide du nombre de jeunes feuilles au bout des 25 premiers jours.

==> On en conclut que les jeunes feuilles ont besoin d'environ 25 jours pour se développer à partir des bourgeons mais qu'une fois le bourgeon éclot (trait noir vertical) les feuilles se développent très vite.


Le 2ème graphique détaille le nombre de chenille sur la même période de temps que précédemment. On observe que le nombre de chenille commence à croître à partir du 9ème jour d'Avril (100 chenilles environ). Puis que leur nombre augmente (150 chenilles le 15ème jour)  pour atteindre un maximum de 300 chenilles le 25ème jour. Puis leur nombre décroît vers le 5 Mai.

==> On en déduit que les chenilles commencent à se reproduire dès que des jeunes feuilles sont disponibles (donc dès qu'elles ont éclot des bourgeons).  à partir du moment où, sur le graphique n°1, la courbe augmente fortement (15 avril). Mais cela n'explique pas la baisse important du nombre de chenilles à partir du mois de Mai.


Le 3ème graphique va permettre de comprendre cette baisse du nombre de chenilles. Si on observe ce dernier graphique, on voit que le nombre de poussins éclos dans un nid augmente vers le 18 avril. Cela correspond au début de l'augmentation du nombre de chenilles sur les feuilles. Le maximum de poussins par nid est atteint vers le 2-3 Mai, au moment où le nombre de chenille commence à diminuer.

==> On en déduit que si le nombre de chenille diminue, c'est que les mésanges adultes chassent ces chenilles et s'en servent de nourriture pour leurs poussins. Comme le nombre de poussins devient maximal au moment où le nombre de chenille décroît, on conclut que c'est la trop grande pression de prédation exercée sur les chenilles (qui ne peuvent pas se reproduire assez vite car elles sont mangées avant) qui diminue leur nombre.


Cet exemple montre à merveille les intéraction entre le milieu de vie (présence ou absence de feuilles ) et l'augmentation du nombre de chenilles. Et le lien qui existe entre nombre de chenilles et nombre de poussins qu'une mésange peut élever. On voit qu'en dessous de 200 chenilles, les mésanges ne peuvent pas élever plus de 75 poussins et que moins il y a de chenilles et moins il y aura de poussins qui pourront être élevés (car les moins nourris mourront de faim).



Influence de la prédation sur la reproduction sexuée:  

 

Ci-dessous vous pouvez observer les comptages des peaux de lièvre et de lynx attrapés par les trappeurs en Amérique du nord durant la période allant de 1845 à 1935.


Exemple de l'effet de la prédation des lièvres par le lynx en Amérique du nord sur une grande période de temps. Source: SVT.serret.free.fr
Exemple de l'effet de la prédation des lièvres par le lynx en Amérique du nord sur une grande période de temps. Source: SVT.serret.free.fr

Ci-dessous j'ai agrandi le graphique pour une meilleure analyse des résultats.


Su on observe l'évolution du nombre de lièvres on remarque que leur nombre fluctue fortement: on passe d'un minimum égal à 0 en 1863 à un maximum égal à 158 en 1865. De la même façon, le nombre de lynx varie aussi fortement (de 70 en 1885 à 0 en 1863).


Mais si on prend du recul sur le document et qu'on l'observe de façon globale, on remarque que les pics de lynx et de lièvre se suivent: lorsqu'on a un pic de lièvre, un pic de lynx suit l'année suivante. Et inversement lorsqu'on a une chute du nombre de lièvres, le nombre de lynx chute aussi (exemple en 1865 et 1866).


On peut donc conclure qu'il existe un lien entre les lynx et les lièvres. Les lièvres se reproduisent fortement certaines années où la nourriture est abondante pour eux. Les lièvres étant la proie des lynx, les lynx peuvent se nourrir plus facilement ces années là et se reproduisent donc plus. Mais leur nombre n'augmente que l'année suivante car il faut plusieurs mois de gestation à la femelle lynx pour faire des petits.


Nous avons ici un exemple très connu d'effet de la prédation sur la reproduction d'une espèce !




III - Influence de l'Homme sur la reproduction:

 

Exemple n°1:

 

Au cours des années 60, la population de pélicans déclina de façon spectaculaire en Californie.  La population des îles Anacapa passa de 3 000 couples en 1960 à 300 en 1969. A la même période, des insecticides étaient utilisés en grande quantité par les agriculteurs. Arrivant dans les eaux, ces insecticides contaminaient les poissons consommés par les pélicans. 

Une équipe de scientifiques chercha à comprendre comment les insecticides agissaient sur la reproduction des pélicans. Les chercheurs ont visité 37 nids et mesuré la concentration d'un insecticide dans les œufs de ces nids. Ils ont représenté graphiquement le nombre de nids, d'œufs, et de naissances de pélicans, en fonction de la concentration en insecticide mesurée dans les œufs. Les résultats sont visibles sur le graphique en bâtons ci-dessous. 

Graphique ontrant les effectifs de nids, d'oeufs et de jeunes en fonction de la concentration en insecticides (en abscisses). Sources: internet
Graphique ontrant les effectifs de nids, d'oeufs et de jeunes en fonction de la concentration en insecticides (en abscisses). Sources: internet

Les chercheurs ont différents problèmes à résoudre:

- comment l'insecticide se retrouve dans les œufs de Pélicans ?

- l'insecticide est-il en cause dans le fort taux de mortalité des œufs ? Des jeunes pélicans ?

Pour grandir, les jeunes animaux ont besoin dʼune alimentation abondante et dʼun climat favorable. Cʼest dʼailleurs pour cela que les périodes de reproduction se situent souvent, sous nos latitudes, au printemps. Car c'est au printemps que les végétaux poussent abondamment !


A partir de 1946, de très grandes quantités d’insecticides à base de produits organochlorés (DDT, aldrine, dieldrine) ont été répandues dans l’environnement pour lutter contre les insectes. 

Ces produits organochlorés se retrouvent dans les proies des rapaces qui les concentrent dans leur organisme. Cette accumulation entraîne de nombreuses anomalies. Les femelles contaminées pondent moins d’œufs, les mâles fabriquent moins de cellules reproductrices, les coquilles des œufs ne se forment plus ou tellement mal qu’elles se cassent sous le poids de l’oiseau qui couve les œufs. 

Pour préserver la biodiversité, le DDT, l’aldrine et le dieldrine ont été inter is de rétablir la population de nombreux rapaces. 

Evolution de l'épaisseur de la coquille en fonction des années. Source: internet.
Evolution de l'épaisseur de la coquille en fonction des années. Source: internet.
Accumulation d'éléments toxiques dans la chaîne alimentaire (lélément toxique est représenté par les points rouges).
Accumulation d'éléments toxiques dans la chaîne alimentaire (lélément toxique est représenté par les points rouges).

Evolution du nombre de sangliers depuis 1970 en France.
Evolution du nombre de sangliers depuis 1970 en France.

Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    Abou (dimanche, 24 avril 2016)

    Merci pour le site mais c'est pas fini là !

  • #2

    doudou des îles du sud ouest !!! (jeudi, 28 avril 2016 01:58)

    trop cool j'ai eu 25/20 à mon evalle grasse à vous vous êtes geniales, euh génio !! franchement vous gérez !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Ca vaut quelques CARAMBARS LOL !!!!

  • #3

    clercsvt (jeudi, 28 avril 2016 08:12)

    Merci pour ton message doudou des iles du sud ouest !!!
    Ce site est avant tout fait pour vous aider à progresser.